Dernier bulletin de la Radio Télévision Scolaire, n°77, 1969.

L’Instruction par l’Image – Part.1

by JoR, July 5, 2014
Dernier bulletin de la Radio Télévision Scolaire, n°77, 1969.

Dernier bulletin de la Radio Télévision Scolaire, n°77, 1969, BnF-Gallica.

  «On longe le fleuve, il y a des pirogues, des fils de gens avec des paquets sur la tête… On serre les mains à la ronde. On plaisante… Cette fois nous sommes en Afrique.

» Je rentre dans la case, je m’asseois par terre… On parle du travail, du mil qu’il faudra aller planter au village. Je raconte ce que j’ai vu dans les villages en France. Nous voilà au chapitre des récoltes, de la pluie, des fêtes ».

  C’est là quelques propos qu’expérimenta Serge-Henri Moati alors jeune cinéaste de 20 ans qui choisi d’être utile pour la télévision scolaire en Afrique, à Niamey, plutôt que la vie de caserne en France pour le service*. Cette expérience modifia son regard et la manière d’envisager ses métrages cinématographiques. Il avait l’impression réelle de redécouvrir au travers de la vie plus simple des Africains, plus essentielle, ce qu’en Occident on a oublié. Il dira: « L’exotisme on s’en lasse, il faut aimer les gens », et cela commence souvent par le fait de s’assoir à côté comme le dit le prophète Ezéchiel: « … et je me suis assis là où ils s’asseyaient »**.

  Moati pris aussi, entre autre, le temps de relire la Bible, dit-il, et fait remarquer: «L’air de Judée est le même qu’ici. Un air sec, dur à respirer. C’est la même lumière, si belle et les gens semblent vivre au temps de Jacob. L’arrivée de la pluie après la longue attente de la saison sèche, c’est la joie, la récompense… C’était le renouveau. »

  En outre, les aînés des villages mettaient en évidence le besoin de donner à leurs enfants une instruction. D’où l’utilité de cette expérience de la télévision scolaire: « Les élèves regardent mon émission dans la classe pilote de la télévision scolaire: Ramadou, Fati et Aronna viennent chaque jour en autocar de leur village, Saga, à dix kilomètres de Niamey. Tout ce qu’elles savent en français, en calcul, en géographie, elles l’ont appris par l’image. Nées pourtant dans un pays extraordinairement pauvre, elles ont l’avantage d’être instruites par les méthodes actives les plus modernes. J’aime ce paradoxe: il me semble tout à fait prophétique», dira Moati.

  Déjà à l’époque, l’attention de cette jeune génération montrait l’intérêt de l’image dans le système éducatif et la facilité d’adaptation à une technologie nouvelle à leur portée. Que ce soit dans certains pays d’Afrique, d’Amérique, d’Europe et d’Asie ou encore dans bon nombre d’îles du Pacifique, l’éveil des enfants issus de villages aux moyens limités prouvent, globalement, qu’ils considèrent vite l’intérêt de choses nouvelles. Quelques-uns d’entre-eux réalisent l’importance de l’instruction et s’y donnent entièrement avec courage suivant leurs conditions de vie.

  En découvrant cet article du magazine Réalités de 1966 retranscrit par Pierre Marchant sur la coopération, le témoignage de Serge-Henri Moati à Niamey m’a rappelé un peu sur un aspect celui qu’évoque Elyse Patten, photojournaliste à la Wycliffe, sur les enfants des communautés autochtones de l’extrême nord de l’Australie, en face de la Papouasie Nouvelle-Guinée***. Lors d’un camp en plein air le soir, l’attention des enfants est telle sur ce qui leur est dit qu’elle a pu prendre la photo à une vitesse d’obturation d’1/8 de seconde sans qu’ils soient flou. Cela met en contraste avec des préjugés mal fondés sur des communautés, aux abords méfiants de ce qui vient de l’extérieur, isolées des grandes agglomérations. Le contraste s’étend aussi à la différence de considération de choses que nous pouvons utiliser quotidiennement sans y prêter attention.

  Même si aujourd’hui les moyens de transmission et de diffusion ont évolués vers, notamment, les technologies de l’internet, l’image reste incontournable. Que ce soit par la photographie ou par la vidéo, leur exploitation offre toujours de grandes possibilités. Cependant, dans bien des cas le texte, subordonné à l’image ou non, est encore comme les berges d’une rivière qui cadre le flux informationnel.

 

Il est possible de retrouver les bulletins périodiques de la radio-télévision scolaire sur le site de la BnF en ligne Gallica [http://gallica.bnf.fr]

 

___________________

*Pierre Marchant, J’ai choisi la coopération, Réalités magazine, n°244, mai 1966, confidences de Serge-Henri Moati, Photographies par Beni Trutmann.

** Livre d’Ezéchiel, chap. 3, v. 14-15, La Sainte Bible.

*** Cf. article Elyse Patten, Mesmerised – Weekly Inspiring Image, 24 mai 2012, [http://blog.bradandelyse.com/pacific/australia/mesmerised-weekly-inspiring-image/1293/ ].

 

*

*   *

Article initialement élaboré le 03 juillet 2014 (Les Articles du Blog Roer, Art. n°03072014, 2014).