“Moods Of The Sea”

by JoR, November 9, 2014

Etude Audiovisuelle(*)

MCM_POM2013_ROER

  La mer dans ses états a toujours été un attrait fascinant et effrayant. On se souvient de l’œuvre de Joseph Conrad à travers l’adaptation cinématographique de Lord Jim réalisée en 1965 par Richard Brooks avec comme acteur principal Peter O’Toole; L’auteur a écrit: “Si vous voulez connaître l’âge de la terre, regardez la mer sous une tempête ; mais quelle tempête peut révéler pleinement le cœur d’un homme.”

  Quand on regarde la mer lors d’une tempête et qu’on tient dans ses mains une caméra, quand on souhaite impressionner une pellicule de ses humeurs cela représente toujours un défi face à la force du vent, aux embruns, à la pluie… Mais comme le dit Joseph Conrad l’humeur de la mer impressionne le cœur de l’homme1 bien plus que le matériel. C’est aussi ce que révèle le récit des rescapés Alexandre Corréard (1788-1857) et J.-B. Henry Savigny (1789-1850) du naufrage dramatique de la Méduse2 en 1816.

Théodore Géricault, Le radeau de la Méduse (1817-1818)

Fig.1: Théodore Géricault, Le radeau de la Méduse (1817-1818).

  Notre étude audiovisuelle, quant à elle, se propose d’exposer un certain aspect de cette impression en donnant une interprétation autour de la Cadenza (ossia.) soliste du troisième concerto pour piano de Sergueï Rachmaninov au premier mouvement.

Rach3_Cadenza

Fig.2: Sergueï Rachmaninov, Piano Concerto N°3 Op.30, 1909, Cadenza.

  Les accords alternés qui précèdent juste le début de la Cadenza s’accordent bien avec le mouvement du ressac en bord de mer. Le passage soliste s’achève également par ce balancement alterné dont l’effet sonore est splendide.

R02
R03

Fig.3: S. Rachmaninov, Piano Concerto N°3 Op.30, 1909, Cadenza.

  Pour notre séquence vidéo, l’importance est donnée à l’entrée en scène sur le plan sonore, d’où le choix au début de la séquence d’une ambiance sombre qui s’éclaircie suivant l’intensité du jeux pianistique. Certes, celle-ci a été tournée la veille au soir de l’avis de tempête annoncé pour le lendemain. Mais c’est involontairement que le style de notre montage s’apparente un peu au film expérimental de Slavko Vorkapich et John Hoffman de 1941 intitulé Moods of the Sea qui a été conçu en phase avec l’Opus 26 de Félix Mendelssohn, l’Ouverture Les Hébrides – La Grotte de Fingal 3.

Moods of the Sea - 1941

Fig.4: S. Vorkapich, Moods of the Sea, 1941.

  Ce cours métrage de Vorkapich et Hoffman inspira, par ailleurs, Willard van Dyke pour la réalisation en 1948 du documentaire sur Edward Weston The Photographer 4.

The Photographie - Willard van Dyke - 1948
The Photographie - Willard van Dyke - 1948

Fig.5: W. van Dyke, The Photographer, 1948, documentaire sur E. Weston.

  Associée à notre série photographique Mer & Contre Mer, nous avons sélectionné trois éléments clés dans la vidéo: la bouée balise qui apparaît en couleur, le phare et la surface d’une mer calme «d’huile» dans la dernière scène qui est en contraste avec l’état de la mer dans les premières scènes. Il s’agit là d’une sorte de résolution de l’exposé comme le fait Rachmaninov dans sa partition avant la reprise du premier thème exposé au début du concerto. L’étude audiovisuelle ne traite que d’un extrait de l’œuvre, propose une interprétation visuelle originale mais tient compte du même schéma de composition.

(*)Etude Audiovisuelle N°1, Mer & Contre Mer.

___________________

1Psaume 107 versets. 23-30, La Sainte Bible.
2Corréard & Savigny, Le Naufrage de la Méduse par deux rescapés, première édition 1817, éd. Cartouche, 2005.
3Visionnage du fim: Youtube.
4Visionnage du documentaire: Vimeo / Youtube. Voir aussi: The American Society of Cinematographers, Willard van Dyke and His Mentor Edward Weston.

*

*     *

(Les Articles du Blog Roer, Art. n°03112014, 2014)